Les autres caractères des Jeux

Rubrique : Le Déroulement

Influences

Les compétitions à l’âge antique se propagent dans toute la Grèce grâce aux Jeux Olympiques. La Grèce se voyait alors être un pays muni de nombreux territoires, petits et grands, mais hélas très divisés. Les Jeux Olympiques ont eu une influence positive et ont permis aux Grecs de se retrouver lors de cette fête sportive et divine. Ces fêtes exercent une énorme influence morale sur la civilisation antique.

Les femmes

Durant les Jeux, les femmes mariées ne pouvaient pas fouler le sol d’Olympie parce que ces jeux étaient réservés à la gente masculine et que ces derniers combattaient et participaient aux diverses disciplines olympiques « nus ». Les autres femmes, quant à elle, pouvaient assister à des représentations théâtrales pendant les Jeux. Seule la femme qui préside à l’ouverture (la Prêtresse) est admise. Toutes femmes ne respectant pas cette règle est alors jetée du haut du mont Typée.

femme-jeux-olympiques

A noter que si les femmes ne peuvent pas participer aux Jeux Olympiques, elles ne sont pas pour autant privées de participer à d’autres Jeux. Des jeux comme ceux des Jeux Héréens leur sont entièrement réservés, ces jeux sont en effet organisés en faveur de la déesse Héra et ils se jouent sur la terre de Olympie.

Le professionnalisme

Au fils du temps, les athlètes deviennent de vrais professionnels dans leurs disciplines. L’esprit olympique et pacifique des Jeux commence alors à diminuer. Les Jeux Olympiques deviennent un moyen pour les différents Etats de montrer leur puissance face aux autres. Les jeux se voient pourris par l’appât du gain et les performances. Les athlètes sont payés extrêmement cher par leur Etat s’il remporte l’une ou l’autre épreuve. Les Etats deviennent donc des sponsors. Ce qui n’arrange rien, les récompenses des athlètes lors des épreuves augmentent aussi. L’athlète devient alors une « bête de guerre », qui suit des régimes alimentaires très strictes afin d’augmenter ses performances, qui abuse sur le nombre et l’intensité des entraînements.

De nos jours, on pourrait très bien faire un parallèle. Les nouveaux jeux depuis leur création ont suivi le même déroulement que son ancêtre. Les athlètes actuels que l’on voit lors des gros meetings suivent des régimes spéciaux (parfois louches) et des entraînements excessifs.

C’est ce que l’on appelle le professionnalisme.

Le dopage

Le dopage n’est pas une affaire du 20ème siècle ! Les Grecs se préoccupaient déjà dans l’antiquité de pouvoir fournir un meilleur rendement aux athlètes, et de les faire progresser plus facilement. Ils remarquèrent que la rate était un organe qui n’avait apparemment aucune utilité et qu’elle produisait facilement les points de côtés. Ils décidèrent donc de l’enlever pour que l’athlète puisse faire de meilleures performances. Et ce par différentes techniques propres aux régions : soit en l’enlevant, soit en la faisant fondre par divers potions mystérieuses. Par exemple, les Romains utilisaient des plantes qu’il fallait prendre quelques jours avant et ce sans avoir manger depuis 24h. On utilisait aussi le feu, Hippocrate avait conseillé de placer des champignons secs sur la région de la rate et ensuite d’y mettre le feu.